Qu’est-ce que la franchise ?

Comprendre le fonctionnement de la franchise

Les chiffres clés de la franchise en France

En France, la franchise représente :

2049 réseaux de franchise

78218 points de vente

67.80 milliards de chiffre d’affaires

Source : Fédération française de la franchise, 2019

 

La relation franchiseur/franchisé

La franchise est un accord par lequel une société, le franchiseur, concède à une autre société, le franchisé, le droit de commercialiser ses produits et/ou services, en échange d’une compensation financière sous forme d’un droit d’entrée et de redevances. Le montant du droit d’entrée varie principalement selon le secteur d’activité quant aux redevances elles sont calculées en fonction du chiffre d’affaires et représentent entre 1 et 10%.

Les conditions de cet accord sont encadrées par un contrat de franchise. Ce mode de développement en réseau lie contractuellement le franchiseur, qui bénéficie d’un concept rentable, duplicable et éprouvé, avec le franchisé, qui est entrepreneur indépendant souhaitant exploiter localement le concept.

La franchise repose sur l’utilisation d’une enseigne ou d’une marque commerciale, sur la mise à disposition d’un savoir-faire substantiel, secret et identifié et sur l’accès à une assistance continue, sous forme de formation et d’animation.
Le franchiseur doit garantir ces différents éléments à l’ensemble de ses partenaires franchisés.

De plus, il doit pouvoir justifier de la réussite commerciale et financière d’un ou plusieurs sites pilotes, sur une durée « raisonnable ». On considère parfois que le franchiseur doit pouvoir justifier d’un concept exploité pendant trois ans sur trois points de vente différents avant de pouvoir se lancer en franchise.

 

Les spécificités de la franchise

La création d’un réseau de franchise présente divers avantages mais également exigences spécifiques. La franchise est un modèle avantageux, tant pour le franchiseur, qui bénéficie d’un développement plus rapide, à moindre coût, sur un territoire plus vaste, avec des partenaires maîtrisant leur zone, que pour le franchisé, qui accède à un savoir-faire, une expertise et à une notoriété.  Les modalités de transmission du savoir-faire ainsi  que la qualité de l’accompagnement varient selon les enseignes, c’est pourquoi, le franchisé doit en amont prendre connaissance de ces critères et comparer différents réseaux afin d’effectuer un choix éclairé et d’optimiser son projet d’entreprise.

La franchise est un levier de développement profitable pour les deux parties, toutefois, elle requiert l’apprentissage d’un nouveau métier. Devenir franchiseur implique un savoir-faire spécifique, des compétences multiples et une gestion à grande échelle. La franchise nécessite la mise en place de différents acteurs professionnels qui accompagnent le franchiseur et qui composent la tête de réseau (animateur(s), développeur(s)…). Il est recommandé aux  franchiseurs de s’entourer de professionnels et/ou de se former afin de bénéficier de conseils stratégiques et opérationnels et de pouvoir mener à bien leur projet de développement.

 

Les types de franchise

La franchise peut prendre différentes formes :

  1. La franchise de distribution : Le franchisé vend des produits sous la marque du franchiseur.
  2. La franchise de services : Le franchisé réalise des prestations de services sous le nom ou la marque du franchiseur.
  3. La franchise industrielle : Le franchisé fabrique des produits sous le nom ou la marque du franchiseur.

Cadre juridique en franchise

Il n’y a pas en franchise de droit ou de loi spécifique, toutefois ce système dépend notamment du droit des contrats, du droit commercial, du droit des marques, du droit de la concurrence, du droit pénal. Cependant plusieurs textes encadrent la franchise, on retient notamment :

Obligations contractuelles en franchise

Les obligations du franchiseur

Le franchiseur doit mettre à disposition :

  • Un droit d’exploitation de la marque commerciale du franchiseur et de son identité visuelle : Il s’agit des signes de ralliement de la clientèle (marque, logo, charte graphique, charte architecturale…). Cela regroupe l’ensemble des éléments relatifs à l’image de marque. Le franchiseur veille à ce que ses franchisés respectent les règles d’utilisation spécifiques à l’enseigne.

 

  • Un savoir-faire, « ensemble secret, substantiel et identifié d’informations pratiques non brevetées, résultant » de son expérience, défini dans le manuel opératoire : Il s’agit de l’ensemble du savoir-faire franchiseur (technique, commercial, logistique, informatique, gestionnaire…) regroupé dans un document formalisé et dispensé par le biais de la formation initiale et continue. Le franchiseur s’assure que ses franchisés se conforment à ce guide d’exploitation du concept et au savoir-faire de l’enseigne. Les entreprises se développant en réseau doivent impérativement fournir ce support aux partenaires franchisés.

 

  • Une assistance technique et commerciale tout au long du contrat de franchise : Il s’agit d’un certain nombre de dispositifs mis en place pour accompagner les franchisés et leur garantir une aide ainsi que des réponses effectives aux besoins quotidiens et aux diverses problématiques (gestion d’entreprise, stratégie de vente, conseils juridiques…)

 

  • Une garantie de l’indépendance des partenaires franchisés : Le franchiseur doit respecter les termes du contrat de franchise, qui encadre la relation entre franchiseur et franchisé, qui demeure indépendant et bénéficie d’une liberté d’actions. Franchiseur et franchisé sont indépendants tant sur le plan juridique que sur le plan financier.

 

  • Un fonctionnement en réseau structuré d’un ensemble d’entrepreneurs indépendants rassemblés sous les signes de ralliement du franchiseur : La franchiseur garantit un développement uniforme et structuré de son concept.

 

Les obligations du franchisé

En contrepartie, le franchisé doit :

  • Appliquer la stratégie commerciale du franchiseur, mise en pratique dans les plans d’actions commerciales, les opérations marketing, les lancements de nouveaux produits…
  • Respecter le concept en appliquer le savoir-faire et en suivant ses évolutions, en particulier en se référant au manuel opératoire, qui est le mode d’emploi et le référentiel d’exploitation du concept.
  • Verser une contribution financière au franchiseur, sous la forme d’une redevance initiale forfaitaire (communément appelé le droit d’entrée) et de redevances d’enseigne (royalties en anglais).
  • S’approvisionner auprès du franchiseur ou des fournisseurs référencés, souvent à hauteur de 70% maximum des achats (en valeur)
  • Faciliter la remontée d’informations commerciales et marketing, via les systèmes de caisse ou les tableaux de bord de performance.

Les points clés de la franchise

Points clés de la franchise, pour le franchiseur

La franchise est un mode de développement en réseau, permettant au franchiseur de se développer rapidement, à moindre coûts, tout en conservant la maitrise de son concept et une uniformité dans son exploitation.
La franchise nécessite toutefois la mise à disposition d’une marque commerciale, d’un savoir-faire formalisé, d’une assistance technico-commerciale tout au long du contrat, mais aussi l’apprentissage de nouvelles fonctions comme le recrutement de candidats ou l’animation de réseau.
La franchise lie franchiseur et franchisé avec des droits et devoirs réciproques, définis par différentes clauses dans un contrat de franchise, qui respectera l’équilibre des parties.

Points clés de la franchise, pour le franchisé

Le franchisé duplique la réussite du franchiseur, il limite ainsi ses risques entrepreneuriaux en exploitant localement une réussite nationale.
Le franchisé bénéficie de moyens importants, correspondant à la mutualisation de chacun des membres du réseau, par exemple la centrale d’achat, le marketing digital, les centres de formation…
Le franchisé doit respecter des éléments mis à sa disposition (savoir-faire, image de marque, signes visuels…) et il s’engage à suivre les règles d’exploitation du concept.