• +33(0) 1 30 21 78 69

Menu Fermer
type de franchise

Comment choisir le type de franchise ?

SOMMAIRE

Quelles que soit les conditions contractuelles entre franchiseur et franchisé, la création d’un projet de franchise nécessite de se poser les bonnes questions notamment en ce qui concerne le type de franchise que l’on souhaite lancer. Choisir un secteur, une enseigne, doit être un processus mûrement réfléchi qui pèse et soupèse tant les tenants que les aboutissants. En effet, un tel pari de création d’entreprise implique un investissement personnel, professionnel et financier pour vous mais aussi pour vos équipes si vous avez besoin de personnel pour faire fructifier votre société. Voici les 3 étapes primordiales pour ne pas vous tromper au moment lorsqu’il s’agit de choisir un type de franchise plutôt qu’un autre.

Quel secteur d’activité choisir quand lors de la création d’une franchise ?

Les franchiseurs en France sont aussi nombreux que divers. Qu’ils proposent de la vente de produits ou de services, on en trouve à peu près dans tous les secteurs d’activité les plus porteurs. Pourtant, aimer les crêpes ou le secteur de l’assurance ne suffit pas à faire d’une ambition un succès.

Certes, l’intérêt pour le produit vendu est un gros atout mais cela n’est pas tout. Jadis, ne disait-on pas qu’un bon VRP pourrait vous vendre n’importe quel produit au monde ? L’adage est vrai, qu’on se le dise ! Il faut donc savoir faire fi du produit pour s’engager dans un réseau de franchises qui soit avant tout porteur en termes de chiffre d’affaires mais aussi et surtout rentable !

Il suffit de lire la presse économique et d’être un poil visionnaire quant aux industries en réussite et/ou en vogue pour arriver à se faire facilement une première idée. Ce premier filtrage va vous permettre aisément de trouver des secteurs d’activité qui peuvent tout à fait être très différents les uns des autres.

Vous pouvez tout aussi être intéressé par le monde des assurances que par la restauration rapide. Peu importe, ce qui compte c’est qu’une première sélection commence à se dessiner. A ce stade-ci, vous pouvez faire intervenir la notion d’intérêt plus ou moins développé pour tel ou tel secteur. Cela va vous aider à affiner plus facilement les différentes franchises qui ont retenu votre attention.

Un autre point important que peu d’entrepreneurs qui rêvent de monter une franchise savent : il est tout à fait possible de changer d’idée de franchise en cours de route ! Un des gros avantages de la franchise est que tout nouvel arrivant a droit à une journée d’immersion qui est propre au modèle. Le franchiseur accompagnera par la suite son nouveau franchisé pendant toute la période de la formation initiale afin qu’il intègre les process mais aussi qu’il développe toutes les compétences nécessaires.

C’est en cela que le modèle est forcément gagnant-gagnant car le franchiseur est très présent au moment de la transmission de savoir-faire, de compétences et de tous les processus inhérents au groupe lors de l’ouverture du point de vente. Un moment clé pour engranger un maximum de conseils ! L’observatoire de la Franchise nous apprend même que plus de 70% de nouveaux franchisés changent d’orientation à la suite de la journée découverte pré-contractuelle. C’est dire si rien n’est figé !

Comment sélectionner les enseignes du ou des secteurs d’activité retenus ?

Choisir un secteur d’activité ou même plusieurs est une étape cruciale pour orienter ses recherches et être capable de faire un choix de type de franchise grâce à la méthode de l’entonnoir. Le but est d’affiner la sélection étape par étape. Maintenant que vous avez une idée précise sur vos centres d’intérêt et les secteurs porteurs, il est temps de faire une recherche d’enseignes de réseau et de concepts qui concorde avec votre premier filtre.

Par exemple, s’il s’agit de restauration rapide, la liste sera particulièrement étoffée. N’hésitez donc pas à affiner encore plus même en choisissant les enseignes du secteur d’activité. Une chose qui peut rapidement classer les franchises entre celles qui sont acceptables ou non pour vous réside dans le montant des droits d’entrée, c’est-à-dire l’apport personnel demandé pour rentrer dans le réseau ou dans le total des investissements.

La règle veut, logiquement, que les franchises de services demandent des investissements personnels moins élevés que les franchises de distribution de produits qui nécessitent de vrais investissements de stocks. C’est un point à garder en tête dès le début de vos investigations.

Normalement, la capacité d’investissement vous permettra de faire un tri intelligent qui ne devrait vous laisser que 3 ou 4 réseaux de franchises par secteur d’activité (si vous avez plusieurs secteurs d’activité dans le viseur).

Faire un travail d’investigation sur l’enseigne

Une fois que vous avez listé quelques enseignes pour le ou les secteurs d’activité que vous avez sélectionnés, il vous faudra vous poser tout un nombre de questions concrètes et rationnelles sur cette future création d’entreprise. Le but étant de connaitre parfaitement les acteurs que vous avez en tête et qui ont attiré votre attention. Avant de choisir, il est normal de faire des recherches qui vont vous aider à connaitre les franchises en question sur le bout des doigts.

Pour mener à bien ce travail d’investigation, voici les questions obligatoires à vous poser pour chacune des enseignes retenues :

– Quelles sont la notoriété au sens large du terme (physique, géographique, digitale, économique…) du franchiseur, dans ma zone de chalandise, au niveau national, européen et même international ?

– A-t-il expérimenté un « savoir-faire » particulier qui fait de lui un acteur incontournable ? Y a-t-il des travaux d’innovation en cours, des brevets spécifiques… ? l concept est-il réel et indétrônable ?

– Les produits et/ou services proposés correspondent-ils à une demande particulière ? ici, il s’agira donc de faire une véritable analyse de la concurrence pour être capable de déterminer le potentiel de développement possible et quels sont les parts de marché. Ce travail va demander des recherches chiffrées.

– Quelles sont les contreparties apportées par le franchiseur une fois le réseau intégré ? Formation initiale, formation continue, transfert de compétences, outils en présence pour aide au développement de la franchise, formation du personnel, logistique…

– Côté financier, quels sont les droits d’entrée demandés pour intégrer le projet ? Et quelles sont les contreparties pécuniaires tout au long de la collaboration ? Redevances, commissions arrière…

– Côté contrat et juridique, il est important de vous renseigner sur d’éventuelles clauses qui pourraient être apportées au contrat et qui sont spécifiques à l’enseigne. Y a-t-il des clauses d’exclusivité ? Par exemple, une clause d’exclusivité géographique qui assure au nouveau franchisé un rayonnement sans concurrence. L’exclusivité de distribution est un point primordial pour espérer une croissance rapide.

– Dernier point important, si ce n’est le plus important : estimer la rentabilité possible avec une nouvelle société de cette enseigne. Là aussi, il s’agit d’être capable de trouver des analyses chiffrées (par exemple les bilans des franchisés sur Infogreffe) pour ne pas se lancer à l’aveugle.

Le travail de recherche développé plus haut demande du temps et nécessite que l’on se concentre sur des faits réels. Pour cela, il y a plusieurs moyens incontournables et sans lesquels il est très difficile de se faire une idée précise des opportunités. Nous vous conseillons de :
– Visiter les salons spécialisés ;
– Vous renseigner en épluchant la presse économique du monde de la franchise ;

– Faire une étude de marché pointilleuse ;
– Rencontrer les acteurs par le biais des événements organisés et en allant directement sur le terrain pour discuter avec des franchisés déjà installés. Les retours d’expérience, les conseils et les retours terrain valent de l’or, n’oubliez jamais cela !

Se connaitre particulièrement bien avant de s’engager dans l’aventure

Avant de créer sa propre franchise, il est important de se connaitre en tant que personne mais aussi entrepreneur. Vos motivations personnelles et professionnelles doivent être regardées de plus près et bien analysées et ensuite vous devez confronter vos besoins avec les informations et les conseils que vous avez récoltées sur les enseignes pour décider de vous lancer dans le business des franchises.

Soyez honnête envers vous et demandez-vous :

– Suis-je prêt(e) à intégrer un réseau ?

– Quelle est ma surface financière et ma capacité d’apport ?

– Suis-je suffisamment souple pour m’adapter à une nouvelle formation ?

– Quels sont mes objectifs pour ce projet ?

– Suis-je prêt(e) à me donner les moyens de réussir au mieux dans la franchise ?

Se pencher avec rigueur sur le DIP pour trancher définitivement

Depuis la mise en place de la loi Doubin en 1989, le franchiseur avec lequel vous souhaiteriez vous engager est tenu de présenter à tout nouveau candidat engagé le DIP (Document d’Informations Précontractuel) avant même un quelconque contrat. Les informations contenues dans le dossier permettront au prétendant de se positionner plus facilement car il contient des indications précieuses comme notamment les informations administratives et les principales évolutions et phases de croissance de l’enseigne étudiée.

Plus important, seront aussi annexés des documents comptables (comptes de résultat des deux derniers exercices), pièces essentielles pour juger de la bonne santé financière et du potentiel de rentabilité de l’enseigne au global. Mais aussi, la liste de tous les autres franchisés qui font partie du réseau ou encore les conditions contractuelles, les droits et les devoirs de chaque société, et toutes autres exclusivités inhérentes à chaque enseigne.

En présence de ces documents, il en reviendra au futur franchisé de prendre toutes les dispositions nécessaires pour faire lui-même des études en profondeur de tout le potentiel de ou des opportunités, comme par exemple une étude de marché. Ce dernier prendra aussi soin de visiter, avec l’accord du franchiseur, quelques franchisés actifs du réseau pour comprendre les difficultés vécues, vérifier la rentabilité du concept et plus simplement échanger sur l’action du franchiseur.  

Vous l’avez vu, il ne suffit pas d’aimer le chocolat pour vouloir vendre du chocolat ! L’entrepreneur qui souhaite s’engager auprès d’un franchiseur devra se poser multiples questions sur lui-même mais aussi et surtout sur les enseignes qu’il convoite et enfin sur sa capacité d’apport personnel. Concurrence, croissance et rentabilité doivent être ses objectifs pour faire le bon choix de franchise et de concept.

 

Laisser une réponse

Votre adresse ne sera pas publié

Share This

Copy Link to Clipboard

Copy